22 janvier 2017

Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire (13 tomes) - Lemony Snicket


Je regrette fort de devoir le dire, mais la chronique que voici ne contient rien de plaisant. L'histoire désastreuse de ces trois orphelins, Violette, Klaus et Prunille, n'est pavée que de malheurs et de tragédies. Leur maison venant d'être détruite dans un curieux incendie et leurs parents ayant péri (péri signifie qu'ils n'ont pas survécu), ils vont être confiés à un sinistre personnage, le comte Olaf, qui veut mettre sa main griffue sur leur fortune.
Très sombre, très cynique pour un livre jeunesse, Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire est une série incontournable quelque soit notre âge. Lemony Snicket est un auteur à la plume acéré, dont il est le devoir de son avis sur les funestes événements qu'il raconte, loin des histoires gaies qu'on pourrait attendre dans un roman pour les enfants.
Violette, Klaus et Prunille sont, à mon grand regret, des personnages attachants, que l'on suit avec peu de plaisir au fil de leurs aventures, du laboratoire aux serpents jusqu'à la grotte Gorgone à travers un fête féroce. Considérez ces trois enfants comme les personnes plus lucides de la série, face à des adultes souvent à côté de leurs pompes. A chaque nouveau déguisement du comte Olaf, ce sont les enfants qui le démasquent et les adultes qui refusent de les croire. Les tomes sont construit sous le même schéma : nouveau inutile tuteur, arrivée de l'abominable comte déguisé, quelques petits problèmes puis démasquage de l'imposteur.
C'est avec beaucoup de désespoir que je me dois de vous avouer que cette série est remplie de références en tout genre. Les noms sont souvent des jeux de mots, tout comme les paroles de Prunille  (qui dit «Denada » pour dire de rien) et beaucoup de références littéraires et culturelles. Des faciles à comprendre, comme le nom des enfants, Baudelaire, ou de leur banquier, Mr Poe ou des plus difficile. Ayant relu certains tomes récemment, j'ai été surprise de trouver, dans Ascenseur pour la peur, une référence explicite à Psychose de Hitcock ou encore Cry me a river dans le Pénultième Péril.

Récemment ré-adapté sous forme de série par Netflix, Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire est une des séries littéraires de mon adolescence. Avec son narrateur complètement décalé, ses personnages dont on se lasse pas et des péripéties à ne plus savoir où donner de la tête. Treize tomes et l'auteur réussi magistralement à ne pas répondre à toutes les questions du lecteur, à le laisser cogiter sur les événements, sans que ça ne soit dérangeant. Une série mythique, à lire absolument !

Les Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire (13 tomes) de Lemony Snicket, Nathan. 18,90€ chaque intégrale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire